Muhammad ibn al-Hanafiyya

(Redirigé depuis Muhammad ibn al-Hanafîyya)
Muhammad ibn al-Hanafiyya
Présentation
Rôle
Titre(s) Ibn al-Hanafîyya
Naissance 16 H
Médine
Décès 81 H
Ayla ou Taëf ou al-Baqî' à Médine
Pays de résidence Médine, Taëf et Ayla
Sépulture Ayla ou Taëf ou al-Baqî' à Médine
Âge 65 ans
Famille
Généalogie Muhammad b. Ali b. Abi Talib (a)
Père L'Imam Ali (a)
Mère Khawla bt. Ja'far b. Qays
Frère(s)
Sœur(s) Zaynab bt. Ali (a)
Enfant(s)
  • Abd Allah
  • 'Awn
  • Hasan
  • Ibrâhîm

Muhammad ibn al-Hanafiyya (en arabe : محمد ابن الحنفية), (16 H - 81 H) fut le fils de l'Imam Ali (a) et de Khawla bt. Ja'far b. Qays al-Hanafiyya et fit partie du premier groupe de Tâbi'ûn. Il est également appelé sous les noms de Muhammad b. Ali et Muhammad al-Akbar.

Il participa aux batailles de Siffin et de Jamal et dans ce dernier fut le porte-drapeau de l'armée de l'Imam Ali (a).

Au cours de l'événement de Karbala, il resta à Médine. Selon un rapport, après le martyre de l'Imam al-Husayn (a), d'abord, il prétendit l'Imamat, mais après le témoignage de Hajar al-Aswad (la pierre noire) sur l'Imamat de l'Imam as-Sajjâd (a), il cessa sa prétention et crut à l'Imamat du fils de son frère.

Après la domination d’al-Mukhtar al-Thaqafi sur Koufa, Muhammad écrivit une lettre à al-Mukhtar et ce dernier envoya un groupe à La Mecque et le sauva d'Abd Allah b. Zubayr. Les Kaysânides le considèrent comme son imam. Il fut la première personne qui est considérée comme Mahdi. Sa carrière politique dans la vie fut très paisible.

Sommaire

Généalogie

Il fut connu comme Ibn al-Hanafiyya, car sa mère Khawla bt. Ja'far b. Qays[1] fut de la tribu Banû Hanîfa. Selon certains historiens, sa mère fut une servante qui au cours de la guerre entre Banî Asad et Babî Hanîfa, au temps du premier calife, Abu Bakr, fut captivée. L'Imam Ali (a) l'acheta et libéra et ensuite, ils se marièrent.

En raison de son décès à 81 H et du fait qu'il eut 65 ans à cette époque-là, on peut comprendre qu'il naquit en l'an 16 H[2].

Certains disent qu’avant le décès du Prophète (s), il dit à Ali (a) que si un fils est né pour toi de Khawla, donne lui mon nom et mon surnom. Ainsi, l'Imam (a) nomma son fils Muhammad et choisit Abu al-Qâsim comme son surnom[3].

A l'époque de l'Imam Ali (a)

Avant le martyre de l'Imam Ali (a), quand il fit son testament à l'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) et à l'Imam al-Husayn (a), regarda Muhammad et lui dit :

mémorises-toi tout ce que j'ai recommandé à tes frères ?

Il répondit :

oui,

ensuite l'Imam dit :

Je te donc les recommande et de respecter vos frères, à cause du grand droit qu'ils ont à toi. Respecte leurs ordres. Ne prends pas de décision sans les consulter.

Ensuite, l'Imam (a) dit à l'Imam al-Hasan (a) et à l'Imam al-Husayn (a) :

Je vous conseille de le prendre en charge, car il est votre frère ... et vous savez que votre père l'aime[4].

Présentation dans les batailles à côté de l'Imam Ali (a)

Bataille de Jamal

Article connexe : Bataille de Jamal.

La bataille de Jamal eut lieu en l'an 36 H. Ce jour-là, Muhammad arrêta l'attaque, l'Imam Ali (a) prend le porte-drapeau et ensuite attaqua l'armée de l’ennemi et alors que les opposants furent sur le point de vaincre, l'Imam (a) donna le drapeau à Muhammad et lui dit :

attaque-les à nouveau en se rattrapant ce que tu fait auparavant.

Muhammad avec l'aide de Khuzaymat b. Thâbit et un groupe des Ansar qui participa dans la bataille de Badr, attaquèrent continuellement l'armée de Jamal et réussirent de le vaincre[5].

Ibn Khallakân rapporta qu’Ibn al-Hanafiyya dans la bataille de Jamal douta qu'il devint le porte-drapeau ou pas[6]. Ibn Kathîr, at-Tabarî et Ibn al-Jawzî sans aucune mention sur le doute de Muhammad rapportèrent qu’il fut le porte-drapeau de l'armée de l'Imam Ali (a) dans la bataille de Jamal[7].

Bataille de Siffin

Article connexe : Bataille de Siffin.

Muhammad ibn al-Hanafiyya participa dans la bataille de Siffin et fut l'un des commandements de l'armée de l'Imam Ali (a)[8].

'Allâma al-Majlisî rapporta que :

dans un jour, au cours de la bataille de Siffin, l'Imam Ali (a) nomma Muhammad comme le commandement d'un groupe pour attaquer l'aile gauche de l'armée de l’ennemi. Muhammad avec ses soldats attaquèrent et vainquirent l'armée de Muawiya. Il se blessa au cours de cette attaque. l'Imam (a), après quelque temps, ordonna à Muhammad d'attaquer l'aile gauche de l'armée de l’ennemi. Il attaqua et réussit et se blessa encore. Ensuite, l'Imam (a) dit :
Lève-toi et attaque le cœur de l'armée de l’ennemie. Muhammad l’attaqua et la vainquit et se blessa plus grave et en retournant il pleurait.

L'Imam Ali (a) embrassa entre les deux yeux de Muhammad et dit :

Par Dieu, tu me rendis heureux, pourquoi pleures-tu, c'est à cause du bonheur ou de la peur ?

Muhammad répondit :

Pourquoi je ne pleure pas ; tandis que tu m'envoyas trois fois à la mort, mais Allah me rendre à la santé. chaque fois que je revins, tu ne me laisses pas faire une pause, alors que tu n'ordonnes pas à mes frères, al-Hasan et al-Husayn de se battre.

L'Imam Ali (a) embrassa encore Muhammad et répondit :

Ô mon cher fils ! Tu es mon fils, mais ce sont les fils du Prophète (s). Ne devrais-je pas les préserver ?

Muhammad dit :

Oui, mon cher père ! Que Dieu me sacrifie pour toi et pour mes frères[9].

Bataille de Nahrawân

Article connexe : Bataille de Nahrawân.

Muhammad participa également à la bataille de Nahrawân et fut le porte-drapeau dans certains cas[10].

Position dans la transmission des hadiths

Muhammad rapporta les hadiths de son père (l'Imam Ali (a)), 'Ammâr b. Yâsir, Muawiya et ... .

Abd Allah, al-Hasan, Ibrâhîm et 'Awn (ses enfants) et d'autres personnes comme l'Imam al-Bâqir (a), Sâlim b. Abî Ja'd, al-Mundir ath-Thawrî, Abd Allah b. Muhammad 'Aqîl, 'Amr b. Dînâr, Muhammad b. Qays, Abd al-A'lâ b. ' mir et certains d'autres rapportèrent les hadiths de lui[11].

Evénement de Karbala

Article connexe : Evénement de Karbala.

Muhammad ibn al-Hanafiyya ne fut pas présent dans la bataille de Karbala. Les ulémas chiites mentionnèrent quelques raisons pour son absence ; ils croient que son absence ne fut ni de sa désobéissance ni de son désaccord avec l'Imam al-Husayn (a). Ces raisons sont :

  • La maladie de Muhammad ibn al-Hanafyya, lors du déplacement de l'Imam (a) de Médine et de La Mecque.

‘Allâma al-Hillî en réponse à Muhanna b. Sinân sur l'absence de Muhammad b. al-Hanafiyya dit que ce dernier fut malade, lors du déplacement de l'Imam (a) de Médine[12] : Selon certains, sa maladie fut liée à ses yeux.

Ibn A'tham al-Kûfî rapporta que :

quand l'Imam al-Husayn (a) voulut sortir de Médine. Muhammad ne réussit pas le convaincre de rester à Médine et l’Imam (a) dit à Muhammad : Il n’y a pas de problème que tu restes à Médine pour que tu sois mon informateur parmi eux.
  • L'Imam (a) n'ordonna pas à Muhammad de participer à sa révolte.

L'auteur du livre [[Tanqîh al-Maqâl]] croit que :

l'Imam al-Husayn (a) n'ordonna personne à Médine et à La Mecque de l'accompagner et pour cette raison Muhammad b. al-Hanafiyya ne fait aucun péché et donc, son intégrité ne fait aucun doute.

Il est rapporté un hadith dans le livre Ithbât al-Hudâ de l'Imam as-Sâdiq (a) que :

Hamzat b. Hamrân dit : nous avons mentionné le départ d'al-Husayn (a) et le reste d'Ibn al-Hanafiyya. l'Imam as-Sâdiq (a) dit :
Ô Hamza, je te rapporte un hadith, qu'après cela, ne pose plus cette question. Lorsque al-Husayn (a) quitta Médine, demander une feuille de papier et écrit :
Au nom de Dieu le tout miséricordieux le très miséricordieux, de la part d’al-Husayn b. Ali (a) aux Banu Hachim ; celui qui se joint à moi sera tué en martyr, et celui qui ne le fera pas n'atteindra pas au triomphe. c'est fini.

Allâma al-Majlisî déclarant ce hadith dit :

l'apparition de cette phrase est le blâme, mais il est également possible que l'Imam leur donna le choix de le rejoindre ou non, par conséquent, ce n'était pas un péché de négliger de le rejoindre, mais c'est une option.

Après qu'al-Husayn b. Ali (a) fut contraint de faire allégeance à Yazid, Muhammad ibn al-Hanafiyya, pour protéger sa vie, proposa à son frère d’aller à La Mecque. S'il y fut également menacé, il parte à Yémen. Et il se réfugie à l'abri dans le désert ou dans les montagnes au cas où il serait menacé au Yémen. L'Imam al-Husayn (a) apprécia sa suggestion et dit :

«Cher frère, tu es libre de rester à Médine pour pouvoir garder les yeux sur mes ennemis et m’informer leurs affaires.

Relation avec les Kaysanites et avec al-Mukhtar al-Thaqafi

Articles connexes : Kaysanites et al-Mukhtar al-Thaqafi.

Selon l'opinion des Kaysanites, après le martyre de l'Imam al-Husayn (a), Muhammad ibn al-Hanafiyya donna le gouvernement d’Irâqayn (les deux Irak=Koufa et Bassora) à al-Mukhtar al-Thaqafi pour venger le sang de l'Imam al-Husayn (a). Plus tard, les Kaysanites crurent à l'imamat de Muhammad ibn al-Hanafiyya. Ils pensaient qu'il avait hérité les mystères de la religion, la connaissance de l'interprétation et la connaissance ésotérique de l'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) et de l'Imam al-Husayn (a).

Certains d'entre eux interprétaient la prière et le jeûne comme des symboles pour d'autres choses, et croyaient en la métempsycose. Tous les sectes Kaysanides croyaient à l'imamat de Muhammad ibn al-Hanafiyya, et la possibilité de badâ' (c'est un terme théologique qui signifie l’apparition d’une chose inattendue pour les êtres humains de la part d’Allah), pour Dieu.

Il y a des différentes opinions concernant la relation de Muhammad ibn al-Hanafiyya et al-Mukhtar al-Thaqafi. Certains disent que Muhammad n'avait aucun croyait en al-Mukhtar et ne lui a pas donné son représentant et certains d'autres croient que al-Mukhtar fut son représentant. certains considèrent que Muhammad fut accordé avec les actes d’al-Mukhtar, mais il ne lui donna une mission.

Sauver Muhammad ibn al-Hanafiyya de Abd Allah b. az-Zabayr

Lorsque al-Mukhtar al-Thaqafi domina Koufa, invita les gens à faire allégeance avec Muhammad ibn al-Hanafiyya. Abd Allah b. az-Zubayr qui fut le gouverneur de Médine et de La Mecque, craignait de rejoindre les gens à Muhammad ibn al-Hanafiyya. Il lui demanda et à Abd Allah b. Abbas de lui prêter allégeance, mais ils refusèrent. Pour cette raison, Ibn az-Zubayr les enferma dans l'aréole de Zamzam à Masjid al-Haram et les menaça de tuer.

Muhammad et Abd Allah b. Abbas écrivirent une lettre à al-Mukhtar demandant son aide. al-Mukhtar, après avoir vu cette lettre, envoya Zabyân b. 'Amâra avec 400 personnes et 4 000 dirhams à La Mecque.

Ils sont entrés à al-Masjid al-Harâm avec les drapeaux qu'ils portaient, en criant la vengeance du sang de l'Imam al-Husayn (a) et s'approchèrent à Zamzam.

Ibn az-Zubayr fournit beaucoup de bois pour les brûler. Ils cassèrent la porte d'al-Masjid al-Harâm, et ils trouvèrent Muhammad ibn al-Hanafiyya, et lui dit qu'il devait les choisir ou Abd Allah b. az-Zubayr.

Muhammad ibn al-Hanafiyya dit :

Je ne suis pas en faveur d'un conflit et d'une effusion de sang dans la Maison de Dieu. À ce moment-là, Ibn az-Zubayr arriva chez eux et dit :
Malheur à ceux qui portent les bâtons ! (ils portèrent des bâtons à la place d'épées, car il est interdit de porter l’arme à al-Masjid al-Harâm), imaginez-vous que je laisserais Muhammad partir avant qu'il ne me fasse pas allégeance ? Ainsi, le reste des forces d'al-Mukhtar entrèrent dans al-Masjid al-Harâm, en criant à haute voix qu'ils cherchaient à venger le sang d'al-Husayn (a).

Ibn az-Zubayr les craignait et ne résistait plus. Ensuite, Muhammad, accompagné de quatre mille hommes, s'est rendu à Shi'b Abi Talib (vallée d'Abu Talib) et y a habité jusqu'au martyre d'al-Mukhtar.

Croyance des Kaysanites

Certains chercheurs des sectes islamiques croient que Muhammad ibn al-Hanafiyya fut la première personne que certains musulmans le nommèrent comme al-Mahdi. Ils considèrent qu'il vit sur le mont de Radwâ, alimenté par deux rivières de lait et de miel, jusqu'au jour où Dieu l'élèvera.

Ayatollah Sayyid Abu al-Qâsim Khû'î dit que Muhammad ibn al-Hanafiyya fut dissocié de Kaysanites et croit qu’ils n'existaient pas à son époque.

Prétendre l’Imamat

Désaccord avec l'Imam as-Sajjâd (a)

Article connexe : Imam as-Sajjâd (a).

Muhammad ibn al-Hanafiyya considéra la supériorité de ses frères, l'Imam al-Hasan (a) et l'Imam al-Husayn (a), sur lui-même, mais après le martyre de l'Imam al-Husayn (a), il écrivit une lettre à l'Imam as-Sajjâd (a) en lui demandant d'accepter son Imamat. Sa preuve, ce fut que contrairement aux Imams précédents, l'Imam al-Husayn (a) ne nomma personne comme l'Imam après lui-même. En outre, il fut le fils immédiat de l'Imam Ali (a), et plus qualifié en raison de son âge et du grand nombre de hadiths rapportés par lui.

L'Imam as-Sajjâd (a) invita son oncle à la piété et à l'évitement de l'ignorance et écrit :

mon père m'avait recommandé sur mon Imamat avant le départ en Irak et me prit un engagement sur l'Imamat avant son martyre.

L'Imam as-Sajjâd (a) demanda à Muhammad de se rendre à al-Hajar al-Aswad (pierre noire), afin qu’al-Hajar al-Aswad témoigne sur le vrai Imam. D'abord, Muhammad invoqua et demanda à al-Hajar de témoigner sur son Imamat, mais rien ne s'est passé. Puis, l'Imam as-Sajjâd (a) invoqua et demanda à al-Hajar de témoigner sur son Imamat et la pierre dit :

je témoigne sur l'Imamat de Ali b. al-Husayn b. Abi Talib (a) après le martyre d’al-Husayn b. Ali (a) et Muhammad accepta l'Imamat de l'Imam Ali b. al-Husayn (a).

Certains ulémas croient que ce débat fut formalité pour que les chiites qui eurent les croyants faibles ne soient pas enclins à l'Imamat de Muhammad ibn al-Hanafiyya.

Croire à l'Imamat de l'Imam as-Sajjâd (a)

D'après un hadith de l'Imam as-Sâdiq (a), Muhammad ibn al-Hanafiyya croyait à l'Imamat de l'Imam as-Sajjâd (a).

Qutb ad-Dîn ar-Râwandî rapporta un hadith d'Abû Khâlid al-Kâbulî (le servant d'Ibn al-Hanafiyya) qu'il demanda à Muhammad à propos de son Imam et il lui répondit : .

Mon Imam, ton Imam et l'Imam de tous les musulmans est Ali b. al-Husayn (a).

Fiable

Al-Kashshî rapporta un hadith, dans son livre, ar-Rijâl, de l'Imam Ali (a) qu'il dit :

les quatre Muhammad ont eu de l'aversion pour ce qu'une personne désobéit à Allah. »

le rapporteur demanda : ce sont qui « les quatre Muhammad » ? l'Imam lui répondit :

Muhammad b. Ja'far at-Tayyâr, Muhammad b. Abu Bakr, Muhammad ibn al-Hanafiyya et Muhammad b. Abû Hudhayfa.[13].

Mâmaqânî en basant de ce hadith, prouva la justice et la pureté de Muhammad ibn al-Hanafiyya.

Opinion politique

La carrière politique de Muhammad ibn al-Hanafiyya dans la vie fut très paisible. Dans le cadre de cette politique, après le martyre de l'Imam Ali (a), il vécut en paix à côté de son frère, l'Imam al-Hasan (a), à Médine et fait allégeance avec Yazid b. Muawiya et ne s'opposa pas à son califat.

Il eut également une relation pacifique avec les califes suivants. Par exemple, il voyagea à Cham en l'an 76 H pour rendre visite à 'Abd al-Malik b. Marwân. Certains pensent que ce fut à la suite de maltraiter de 'Abd Allah b. az-Zubayr avec lui.

Après l'assassinat d'al-Mukhtar, Ibn az-Zubayr demanda de nouveau à Muhammad pour lui faire allégeance et eut l'intention d'attaquer à lui et à ses proches. En ce cas, il reçut une lettre de 'Abd al-Malik b. Marwân qui fut récemment devenu le calife, dans lequel, il fut invité à se rendre à Cham.

Muhammad et ses compagnons se dirigèrent vers Cham, mais quand ils arrivèrent à Madian, Ibn al-Hanafiyya apprit que 'Abd al-Malik commit une déloyauté envers 'Amr b. Sa'îd (qui fut un partisan d'Ibn al-Hanafiyya).

Par conséquent, il resta à Ayla, (une ville près de la Mer Rouge et au bout du Hedjaz et à la frontière de Cham). Puis ils revinrent à La Mecque où il résida à Shi'b Abî Tâlib (vallée d’Abu Talib), avant de se rendre à Taïf. Il y resta jusqu'à ce qu’Ibn az-Zubayr fut encerclé à La Mecque par al-Hajjâj ath-Thaqafî, puis revint à Shi'b Abi Talib.

Al-Hajjâj lui demanda de faire allégeance avec 'Abd al-Malik, mais il le rejeta. Après la mort d'Ibn az-Zubayr, Muhammad ibn al-Hanafiyya écrivit une lettre à ‘Abd al-Malik, demandant l'aman et il l'accepta.

Décès et la tombe

L'Imam al-Bâqir (a) dit :

dans la maladie de Muhammad ibn al-Hanafiya, j’ai été à côté de lui et j’ai fermé ses yeux (quand il est mort), j'ai fait son ablution funéraire, je l'ai enveloppé, j'ai fait sa prière funéraire et je l'ai enterré. Mais, dans les rapports non-chiites, il est rapporté qu’Abân b. Uthman (le fils de troisième calife) fait sa prière funéraire.

Il y a des désaccords sur l'endroit de sa tombe. Sayyid Muhsin al-Amîn mentionna trois endroits ; le cimetière d'Ayla, Taëf et al-Baqî' à Médine. Mais, il semble qu'il fut décédé à Médine.

Références

  1. Al-Balâdhurî, Ahmad b. Yahyâ, Ansâb al-Ashrâf, vol 2, p 200, chercheur Suhayl Zakkâr et Riyâd Ziriklî, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1417 H
  2. Ibn Sa'd, Muhammad, at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 5, p 87, chercheur Muhammad Abd al-Qâdir 'Atâ, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-Ilmîyya,
  3. Al-Balâdhurî, Ahmad b. Yahyâ, Ansâb al-Ashrâf, vol 2, p 200-201, chercheur Suhayl Zakkâr et Riyâd Ziriklî, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1417 H
  4. At-Tabarî, Muhammad b. Jarîr, Târîkh at-Tabarî, vpl 5, p 147, 1387 H
  5. Mudarris Vahîd, Ahmad, Sharh Nahj al-Balâgha, vol 2, p 357, Qom, Ahmad Mudarris
  6. Ibn Khallakân, Ahmad b. Muhammad, Wafayât al-A'yân, vol 4, p 171, chercheur Ihsân Abbas, Beyrouth, Dâr Thiqâfa, 1968 C
  7. Ibn al-Jawzî, Abd ar-Rahmân b. Ali, al-Muntazim fî Târîkh al-Mulûk wa al-Umam, vol 5, p 78, cheucheur Muhammad et Mustafâ Abd al-Qâdir 'Atâ, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-'Ilmîyya, 1417 H
  8. Ibn Shahrâshûb al-Mâzandarânî, Manâqib Âli Abî Tâlib (a), vol 3, p 163, 1379 H
  9. 'Allâma al-Majlisî, Muhammad Bâqir, Bihâr al-Anwâr, vol 45, p 349, 1403 H
  10. Himyarî, Abd Allah b. Ja'far, Qurb al-Isnâd, vol 27, 1413 H
  11. Sâbirî, Husayn, Târîkh Firaq Islâmî, vol 2, p 51, Téhéran, Samt, 1388 HS
  12. 'Allâma al-Majlisî, Muhammad Bâqir, Bihâr al-Anwâr, vol 42, p 110,
  13. autrement dit : le hadith veut dire que ces quatre personnes ordonnaient le convenable et interdisaient le blâmable ; ils n'aimèrent jamais que quelqu'un commet un péché