Ouvrir le menu principal

Wiki Shia β

l'entrée de la galerie sacrée

Galerie sacrée ou Galerie de l'Occultation ou Sardâb al-Ghaybt (en arabe : سرداب الغيبة) est une Galerie souterraine de la maison de l'Imam al-Hasan al-'Askarî (a), située aujourd'hui au Nord-Ouest du mausolée Askarîyyayn dans la ville de Samarra en Irak actuel.

Il est rapporté que ce lieu était habité par l'Imam al-Hâdî (a) et par l'Imam al-Hasan al-'Askarî (a) pendant la chaleur de l'été. D'après certains rapports, l'Imam al-Mahdi (a) a été vu à plusieurs reprises durant la vie de son père, même après la mort de ce dernier, dans ce lieu. C'est pour cette raison que cette galerie souterraine est connue sous le nom de Galerie de l'Occultation.

Certains groupes sunnites attribuent aux chiites un énoncé d'après lequel le douzième Imam al-Mahdi (a) a été gardé caché dans une cave et a commencé son occultation de là et qu'il demeure toujours dans cette cave et réapparaîtra de cette même cave.

Alors cette une fausse énoncée attribuée aux chiites. Les chiites n'y croient pas et aucun texte ni document ne le prouve.

Sommaire

Sens de la Galerie

Il est choisi le terme de "galerie souterraine" comme équivalent du terme arabe Sardâb. Sardâb est une partie plus fraîche des maisons traditionnelles des régions désertiques, située au sous-sol pour abriter les gens de la maison pendant la chaleur de l'été.

Historique

La source la plus ancienne de nouvelles concernant l’occulte de l'Imam al-Mahdi (a) à Sardâb attribuée à Balkhî (658 H), mais il ne mentionne pas la référence à celle-ci.

Il est plus probable que Dhahabî (l’un des savants sunnites 748 H, qui a écrit : le fils de l'Imam al-'Askarî (a) à l'âge de neuf ans ou moins en 265 H, il a caché, à ce moment, il est entré à un sous-sol à Samarra et n'avait pas été vu.) a cité son nouveau basé sur une croyance générale parmi les chiites Imamites, que le 12ème Imam a caché dans la cave de sa maison.

Cette croyance s'est répandue depuis le cinquième siècle de l’Hégire, et plus tard, elle a été cherchée par certains érudits comme Ibn Khaldûn.

An-Nâsir Li Dîn Allah, l’un des Califes Abbasides, pour la première fois, réparait cette cave et écrivait les noms des douze Imams chiites sur une épigraphe.

Position de la Galerie

Cette Galerie est située dans la direction ouest de la cour d'Askarîyyayn et a subi de nombreuses réparations dans tous l'histoires.

Dans le passé, l’entrée de la cave se situé à côté de la tombe de Narjis Khatûn (la mère de l’Imam al-Mahdi (a)), jusqu'en 1202 H. En cette année, Ahmad Khûn Dunbulî a ouvert un chemin séparé de nord vers la cave et a bloqué le chemin vers la cave du côté des tombes des Askarîyyayn, et a construit une cour séparée qui a presque 60 mètres de large et 20 mètres de largeur.

Puits de l'occultation

Il existe aujourd'hui dans un coin de la pièce situé à la Galerie sacrée, un puits connu sous le nom de le Puits de l'occultation.

Dans les textes chiites authentiques, on n'en parle pas, et aucune allusion n'y a pas été faite. Les savants chiites n'y croient pas non plus à ce puits.

Il est rapporté que la raison de l'importance de ce puits est liée au fait que c'était des coutumes que les pèlerins de cette Galerie prenaient de l'eau de ce bassin en pensant que ce bassin devait être le lieu où les deux Imams chiites faisait leurs ablutions, ainsi, il prenaient de l'eau ou de la terre qui s'y trouvaient en les considérant comme bénis.

D'après Muhaddith an-Nûrî, l'auteur de al-Mustadrak un certain nombre des serviteurs ou gardiens (khâdim) de ce lieu ont fait circuler ces genres de superstitions pour leurs propres intérêts terrestres (ils donnaient de cette terre aux pèlerins en échange d'une somme d'argent)[1].

Il est rapporté également que le Cheikh al-'Irâqayn, un des savants chiites, a rempli ce puits et l'a fermé afin d'empêcher ces genres d'échanges, mais aussi tôt il a été a nouveau ouvert[2].

Bombardements

Dans les années 1384 HS et 1386 HS, dans le bombardement et la destruction du sanctuaire d'al-Askarîyyayn ont également détruit une partie de la cave.

Point de vu des sunnites

Certains groupes sunnites attribuent aux chiites un énoncé d'après lequel le douzième Imam al-Mahdi (a) a été gardé caché dans une cave et a commencé son occultation de là et certains d'entre eux se tiennent avec leurs chevaux à côté de cette cave et exigent qu'il sorte[3].

‘Allâma Sayyid Murtazâ ‘Askarî à propos de cette cave :

Le savant égyptien Cheikh Mahmûd Abû Rîyya qui était chiite après l'étude d'Abd Allah Saba, m'a posait dans une lettre :
Chaque vendredi après-midi, Vous (les Chiites) monterez sur des chevaux et l'épée à la main, et allez devant le Galerie de l'Occultation et dites Yabn al-Hasan (Ô, fils de Hasan (a))! Apparaissez et sortez.

J'ai écrit dans sa réponse :

Je suis né à Bagdad et j'ai vécu à Samarra pendant une période, ce que vous dites n'est pas juste.

Voir également

Références

  1. Muhadith Nurî, Kashf al-Astar, p.43
  2. Muhadith Nurî, Kashf al-Astar, p.43
  3. Dhahabî, Shams ad-Dîn, Sîyar a'lâm an-Nubalâ', vol 13, p 119