La Kaba (arabe : الكعبة) est un édifice cubique, située à l'intérieur d’al-Masjid al-Haram, à La Mecque. C'est le lieu de culte le plus important de l'islam et la qibla des musulmans. Lors d'accomplir les prières, les musulmans se tournent vers la Kaba, où qu’ils soient. Faire du tawaf (circumambulation) autour de la Kaba, fait partie des rituels du hadj.

Selon l’islam, la visite de la Kaba, en tant qu’une partie intégrante du Hadj (pèlerinage), est un acte wâjib (obligatoire) pour les musulmans. Ils doivent l’accomplir une fois dans leur vie lorsqu’ils remplissent certaines conditions, telles que la capacité financière et d’autres capacités (istitâ'a).

Selon les versets coraniques et les hadiths, le prophète Ibrâhîm (a) et son fils, Ismaïl (a), construisirent la Kaba par ordre de Dieu ; bien que, selon certains hadiths, sa construction remonte au temps du prophète Adam (a) ou même avant lui.

La solution du Prophète Muhammad (s) au sujet de l'installation de la Pierre Noire (al-Hajar al-Aswad) et la naissance de l'Imam Ali (a) sont deux événements importants dans l'histoire de l’islam qui eurent lieu dans la Kaba.

Sommaire

Noms de Kaba

Le mot "Kaba" signifie littéralement une construction en forme de cube et c'est pourquoi cet édifice cubique fut appelé "Kaba".[1]

La Kaba est aussi connue sous le nom de Bayt Allah (en arabe : بیت الله, la maison de Dieu).

Dans le Coran, la Kaba est également mentionnée sous le nom d’al-Bayt (en arabe : البیت, la maison),[2] al-Bayt al-Haram (en arabe : البیت الحرام, la maison sacrée)[3], al-Bayt al-'Atiq (arabe : البیت العتیق, la vieille maison)[4] et al-Bayt al-Muharram (en arabe : البیت المحرم, la maison respectée)[5].

La mosquée entourant la Kaba est appelée al-Masjid al-Haram. Selon certains rapports, avant l'islam, la Kaba avait été appelée al-Qâdis (en arabe : القادس, le Saint), an-Nâdhir (en arabe : الناذر, Avertisseur) et Qaryat al-Qadîmîyya (en arabe : قریه القدیمیه, Ancient Village)[6]

Statut en islam

La Kaba est le lieu de culte le plus important et le plus sacré de l'islam. C'est «la première maison construite pour le culte de Dieu».[7]

Il est obligatoire pour tous les musulmans de visiter la Kaba une fois dans leur vie, s'ils ont de l’istîtâ'a (capacités financières, corporelles etc.) et s'ils remplissent d'autres conditions.

Selon le Coran (Sourate Âl-'Imrân, verset 97), le hadj (le grand pèlerinage) est obligatoire pour les Mustati’, c’est-à-dire pour les musulmans qui en ont les moyens et qui ont les capacités requises pour l’accomplir.

La Kaba devint la qibla des musulmans à partir de la deuxième année de l'hégire (623 C).[8] C'est-à-dire qu'à partir de ce moment-là, les musulmans furent obligés de se diriger vers la Kaba, lorsqu'ils accomplir leurs prières.[9]

Kaba dans le Coran

Le mot "Kaba" fut mentionné deux fois dans le Coran, dans la sourate al-Mâ’ida. La première fois, c’est dans le verset 95 de cette sourate où la kaffara (une sorte d'expiation sous forme de la pénalité ou de l'amende pour avoir commis certains actes interdits ou ne pas avoir accomplir certaines obligations) pour la chasse des animaux lors de l'Ihrâm (état de consécration rituelle pendant le hadj) est déterminé.

La deuxième mention est au verset 97 :

Allah a institué la Kaaba, Temple Sacré de dresser pour les Hommes, le Mois Sacré, les victimes offertes en offrande, les guirlandes, cela pour que vous sachiez qu’Allah sait ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre. Allah de toute chose est Omniscient.[10]

Contexte historique

Construction

Le prophète Ibrâhîm (a) construisit la Kaba par l'ordre de Dieu avec l'aide de son fils, Ismaïl (a).[11] Cet événement est indiqué dans les versets coraniques.[12]

Cependant, il y a de différentes narrations au sujet de sa première construction. Selon certaines narrations, la Kaba fut construite même avant la création du prophète Adam (a).[13] Mais certains historiens remirent en question les références de ces narrations.[14]

Après la résidence des enfants d'Ismaïl autour de la Kaba, les premiers habitants de La Mecque et les gardiens de la Kaba furent de la tribu Jurhum, puis de la tribu Khuzâ'a et à la fin les Quraychs. Au cours des siècles, la Kaba en tant qu’un lieu de culte monothéiste devint une maison d'idoles.[15]

Reconstitution de Kaba

Selon des sources historiques, la Kaba fut réparée, reconstruite et rénovée à plusieurs reprises. Le prophète Ibrâhîm (a) reconstruisit la Kaba, mais le premier édifice ne disposait pas de toit ; la construction du plafond et le toit se firent à l’époque de Qusayy b. Kilâb, (la tête de Quraysh et le quatrième ancêtre du Prophète (s)). Il est dit qu’avant Qusayy et après Ibrâhîm, la Kaba fut reconstruite deux fois de plus.

L'histoire de la construction de la Kaba après la naissance du Prophète (s) est plus organisée et plus fiable. Cinq ans avant la première révélation du Prophète (s), les gens de Quraysh essayèrent de rénover la Kaba. Selon certains rapports, la raison de cette rénovation fut l'incendie ou l'inondation.

Les premiers historiographes parlèrent des changements dans certaines caractéristiques de la Kaba au cours de cette reconstruction par rapport à celle du prophète Ibrâhîm (a).

Les changements survenus dans la reconstruction de la Kaba comprenaient l’augmentation de sa hauteur, la diminution de sa longueur, condamner et murer la porte ouest, augmenter la hauteur de la porte est.[16]

Après cette reconstruction, suite à l'attaque de l'armée de Yazid Ier ibn Muawiya sous le commandement d'al-Husayn b. Numayr et l’incendie dans la Kaba, Abd Allah b. az-Zubayr reconstruisit la Kaba. Au cours de cet événement, l’incendie et les pierres lancées par les catapultes avaient miné la fondation de la Kaaba. Il est dit que pendant cette reconstruction, Ibn az-Zubayr détruisit la Kaba pour la reconstruire sur les mêmes piliers que le prophète Ibrâhîm (a) avait fondé.

Cependant, après un certain temps, al-Hajjâj b. Yûsuf ath-Thaqafî détruisit la Kaba. Son intention fut de reconstruire la Kaba au même point sur lequel Quraysh l’avait construit. Une partie de la Kaba, nommée Hatîm, était restée à l'extérieur de l’édifice à cause du manque de matériaux, lors de sa reconstruction par les Quraysh (5 ans avant la première révélation du Prophète Muhammad (s)). Cela avait conduit à une diminution de la longueur de l’édifice.

Après plusieurs décennies, Ibn az-Zubayr tenta de ramener la Kaba à ses dimensions historiques. Mais Abd al-Malik b. Marwân ordonna à al-Hajjâj de diminuer la partie ajoutée par Ibn az-Zubayr.[17] En détruisant la partie de Hatîm (qui fait maintenant partie de Hijr Isma'il), al-Hajjâj diminua la hauteur de la Kaba. Selon certaines narrations, au cours de cette reconstruction, al-Hajjâj avait affronté certains problèmes qui firent résolus par l'Imam as-Sajjâd (a).[18]

Après la dixième reconstruction de la Kaba par al-Hajjâj, l’édifice ne subit aucune modification ou reconstruction jusqu’en 1039 H (1630 C), lorsqu'une inondation à La Mecque causa environ 4 000 victimes (des résidents et des pèlerins) et elle coulait même à l'intérieur d'al-Masjid al-Haram détruisant les murs de la Kaba.

Le seul mur restant intact était le mur sud, qui présentait néanmoins de nombreuses fractures et nécessitait d'importantes réparations. Cela se passa au cours de la monarchie du sultan Murâd Khân, le roi ottoman. Le gouverneur de La Mecque rapporta l'événement au roi ottoman, et il envoya deux représentants à La Mecque pour superviser la reconstruction de la Kaba. Par le commandement du roi, les murs furent complètement détruits et la Kaba fut complètement reconstruite.

La reconstruction fut rapportée en détail par Zayn al-’Âbidîn b. Nûr ad-Dîn al-Kâshânî -érudit chiite qui vivait à La Mecque à cette époque - dans son livre Mufarrihat al-Anâmfi Ta’sîsi Bayt Allah al-Harâm.[19] Après cela, la Kaba ne fut jamais reconstruite qu'en (1377 H /1957 C) puis en (1417 H/1996 C), quand elle fut réparée par le commandement de Saud b. Abd al-Aziz et Fahd b. Abd al-Aziz.

Caracteristiques

Caractéristiques externes

La Kaba a ses propres caractéristiques externes. Chaque partie de la Kaba est nommée comme suit :

  • La pierre noire (al-Hajar al-Aswad) : Il s'agit d'une pierre noire et sacrée qui occupe une place particulière dans la tradition islamique et les rituels du Hadj. Elle est située dans la partie sud-est de la Kaba à l'intérieur d'un cadre argenté. Tawâf commence à partir de la pierre noire et se termine là.
  • Multazam : c'est un endroit entre la pierre noire et la porte de la Kaba.
  • Porte de la Kaaba : elle est située à l'est de la Kaba. on ne sait pas exactement qui fabriqua la porte de la Kaba pour la première fois, mais c'était probablement le troisième Tubba’ (roi du Yémen avant la première révélation (Bi'tha) du Prophète (s)) qui fit une porte et une clé pour la Kaba.
  • Hijr Ismaïl : une zone entourée entre Kaba et un mur semi-circulaire au côté nord de la Kaba. Il est également appelé Hatîm
  • Mizâb (gouttière) : une gouttière sur le toit de la Kaba qui coule vers Hijr Ismaïl. Cette gouttière fut installée pour la première fois par les Quraysh.
  • Shâdharwân : une partie de la Kaba qui fit soustraite par les Quraysh. C'est une élévation sous le mur de la Kaba, en marbre, qui recouvre la partie inférieure des murs. Shâdharwân comprend également la partie en forme de l’échelle, faite devant Hijr Ismaïl . Il n'y a pas de Shâdharwân sous la porte de la Kaba.[20]

Caractéristiques internes

  • Trois piliers à une hauteur approximative de 9 mètres, tenant le toit de la Kaba.
  • Un marbre de couleur foncée distinguant le lieu où le Prophète (s) s'est prosterné. Dans Multazam, il y a également un signe indiquant l'endroit où le Prophète (s) posa son ventre et la joue droite sur le mur, leva les mains vers le ciel et pleura.
  • La partie centrale est couverte de marbre blanc.[21]

Coins (Rukns)

La Kaba a quatre coins ou rukns :

  • Le coin est (le coin noir) : il est près de la porte de la Kaba, presque en face du puits de Zamzam. Il est presque situé sur le côté est de la Kaba. La pierre noire est située dans ce coin, et c'est pourquoi on l'appelle aussi "le coin noir". Tawâf commence à partir de ce rukn ou coin.
  • Le coin nord ou al-’Irâqî (irakien) : considérant la direction du Tawâf, ce rukn se trouve après le coin est. Il est presque situé dans le nord. On l'appelle "al-Irâqî", puisqu'il est situé en direction de l'Irak. C'est sur le côté est de Hijr Ismaïl.
  • Coin ouest ou ash-Shâmî : c'est un coin ou rukn qui se situe après le coin nord en direction de tawâf. Il est presque situé sur le côté ouest, et il s'appelle ash-Shâmî parce qu'il est situé vers Cham ( la Syrie). Il est situé sur le côté ouest du Hijr Ismaïl.
  • Coin sud ou al-Yamanî : ce coin ou rukn est situé après le coin ouest en direction du tawâf. Il est également appelé Mustajâr. Il est parallèle au coin noir. Il est presque situé dans le sud, et il est appelé al-Yamânî puisque tout ce qui se trouvait dans le sud était appelé ainsi par les Arabes (c'est-à-dire vers le Yémen).[22]

Selon un récit largement accepté, l'endroit où la Kaba s'ouvrit pour Fatima bt. Asad afin d’y entrer et donner naissance à Ali b. Abi Talib (a) était près du coin d'al-Yamânî.

Rideau de Kaba (Kiswa)

La kiswa de la Kaba est un tissu de soie noire qui recouvre la Kaba et sur lequel des versets coraniques sont inscrits. Selon Tafsîr al-Qurtubi, la première personne qui couvrit la Kaba avec un tissu fut As'ad al-Himyârî, connu sous le nom de Tubba’. Il est également attribué au prophète Ismaïl (a).[23]

En 1346 H (1926 C), le roi Abd al-Aziz al-Saudi ordonna la construction d’un atelier nommé Umm al-Qurâ afin de tisser la Kiswa de la Kaba. C'était l'endroit où la kiswa fut tissée jusqu'en 1977 C la date où le gouvernement saoudien construisit un autre atelier à Oum Al Jood pour tisser la kiswa.[24]

Avant l'islam, la kiswa de la Kaba fut remplacée chaque année au jour d’Achoura (le dix Muharram), mais après l'islam, elle fut remplacée deux fois ou trois fois par an (le jour d’Achoura, la fin du mois du Ramadan, et id al-adha). Aujourd'hui, elle est remplacée une fois par an, au jour d’id al-adha.[25]

Événements importants

L'attaque d'Abraha

Article principale: Ashâb al-Fîl, ‘Âm al-Fîl, Abd al-Mutallib Dans l’histoire de la Kaba, l'attaque d'Abraha est considérée en tant qu’un des événements importants. Abraha fut le gouverneur du Yémen. Il attaqua La Mecque en 571 C pour détruire la Kaba avec une armée d'éléphants.[26]

Lorsqu'il arriva là-bas, ils furent attaqués par de nombreux oiseaux leur jetant des pierres. La majorité de l’armé d’Abraha fut ainsi tuée et cette attaque fut échouée.[27]

Il est dit qu'Abraha attaqua la Kaba parce qu'il construisit une église glorieuse au Yémen, pour la propagation du christianisme et des intérêts économiques. lorsqu’il échoua à attirer les gens à son église, il décida de détruire la Kaba.[28] Dans le Coran, la sourate al-Fîl (Sourate d'éléphant) concerne cet événement.

Naissance d’Imam Ali (a)

Imam Ali (a) naquit dans la Kaba vendredi, le treizième jour du mois de Rajab, 30 ans après ‘Âm al-Fîl. Il est la seule personne qui naquit dans la Kaba.[29] Cet événement fut également mentionné dans certaines sources sunnites.

Selon al-Mustadrak 'Ala as-Sahîhayn, il y a des hadiths mutawâtir (Le hadith Mutawâtir est un hadith dont les rapporteurs à chaque niveau, sont nombreux et reconnus comme véridiques) sur la naissance de l’Imam Ali (a) à l'intérieur de la Kaba de Fatima bt. Asad.[30]

Installation de la Pierre Noire par le Prophète (s)

Un événement qui se passa avant al-Bi’tha du Prophète (s), à l'âge de 35 ans, est la reconstruction de la Kaba. L’édifice fut détruit par les inondations, et la tribu Quraysh entreprit sa reconstruction.

Chacun des chefs de Quraysh cherchait à avoir l’honneur et le privilège d'installer la Pierre Noire pour lui-même, et cela conduisait à une querelle sérieuse entre eux, ce qui conduirait probablement à une guerre. Finalement, après beaucoup de négociations, ils décidèrent d'accepter la proposition de la première personne qui arriverait. Muhammad (s) arriva là à ce moment-là. Quand ils le virent, ils affirmèrent qu'il était honnête et digne de confiance et approprié pour juger cette affaire.

Lorsque le Prophète (s) apprit la question, il mit la Pierre Noire sur un tissu, demandant à toutes les têtes de Quraysh de prendre une partie de ce tissu et de la porter là où elle devait être installée. Quand ils y arrivèrent, il prit la Pierre Noire dans ces mains et l'installa.[31]

Attaque de Yazid Ier ibn Muawiya

Article connexe : Yazid Ier ibn Muawiya.

Un événement important dans l'histoire de l'islam est l'attaque de l’armée de Yazid Ier ibn Muawiya à La Mecque. Lorsque Abd Alla b. az-Zubayr refusa de prêter son allégeance à Yazid Ier, une armée dirigée par al-Husayn b. Numayr partit pour La Mecque afin de se battre contre Ibn az-Zubayr.

L'armée arriva à La Mecque au mois de Muharram, 64 H (683 C), et au mois de Rabî’ al-Awwal, ils attaquèrent la Kaba avec des catapultes. Ils jetèrent également le feu aux murs de la Kaba.[32]

profanation de Qarmatis

Au mois de Dhu al-Hijja, 317 H, les Qarmates (un courant dissident du chiisme ismaélien) attaquèrent La Mecque. Ils pillèrent La Mecque en plusieurs jours, tuèrent ses habitants et les hajis, profanèrent et sabotèrent Masjid al-Harâm et d'autres lieux sacrés, emportèrent la Pierre Noire de la Kaba vers leur nouvelle capitale. En 339 H (950 C), ils rendirent la Pierre Noire en échange d’une grande somme d’argent.[33]

Références

  1. Ibn Manzûr, Lisân al-Arab, vol I, p.718
  2. sourate al-Baqara verset 125; sourate al-Quraysh verset 5
  3. sourate al-Ma’idah, verset 97
  4. Sourate al-Hajj, verset 39 et 23
  5. sourate Ibrâhim, verset 37
  6. Khurramshâhî, Qawâm ad-Dîn, Ka’ba, Danishnâmih-yi Qurân wa Qurân pajûhî, vol.II, p 1883 ; Mashâyikh Farîdanî, Muhammad Husayn, Ka’ba, Dâyirat-ul Ma’ârif-i Tashayyû’, vol 14, p118
  7. Sourate Al-‘Imrân, verset 96
  8. Sourate al-Baqara, verset 144
  9. Khurramshâhî, Qawâm ad-Dîn, Ka’ba, Danishnâmih-yi Qurân wa Qurân pajûhî, vol III, p 1883
  10. Khurramshâhî, Qawâm ad-Dîn, Ka’ba, Danishnâmih-yi Qurân wa Qurân pajûhî, vol III, p 1883
  11. Ibn Athîr, al-Kâmîl fi at-Târîkh,vol I, p 81,82 ; Ibn Kathîr, al-Bidâya wa an-Nihâya,vol I, p 378; Tabarî, Târîkh at-Tabarî, vol 1, p 251
  12. Coran, sourate al-Baqara, verset 127
  13. Abu Walîd al-Azraqî, Akhbâr al-Makka wa Mâ Jâ’ fîhâ min al- sâr,vol I, p 68
  14. Ibn Kathîr, al-Bidâya wa an-Nihâya, vol I, p 379, vol III, p 475
  15. Khurramshâhî, Qawâm ad-Dîn, Ka’ba, Danishnâmih-yi Qurân wa Qurân pazhûhî,vol II, p 1883
  16. Târîkh-i Banâ-yi Ka’ba, p 120
  17. Ka’ba wa Jamih-yi n az qâz tâ Kunûn, p 59
  18. Ka’ba, Az Guzashtih tâ Imrûz, Journal de Jâm-i Jam
  19. Ka’ba, Az Guzashtih Tâ Imrûz, Journal de Jâm-i Jam
  20. Ajzâ’ al-Ka’ba, site web d’al-Masjid al-Iliktrunî
  21. site web al-Masjid al-Iliktrunî, http://www.emasjid.net/masajid/makkah/kb_inside.htm
  22. Arkân al-Ka’ba al-Musharrafa, Site-web Manhal
  23. al-Musrad at-Târîkhî li al-Ka’ba Musharrifa
  24. l- Saud,Web site al-Wahhâbiyya
  25. al-Bukhârî,p 380
  26. Sa’d ibn Husayn Uthman, Abd al-Mun’am Ibrâhîm al-Jamî’î, al-I’iti’âdât ‘ala Haramayn Sharîfayn ‘Ibir at-Târîkh,pp 18-19
  27. Sa’d ibn Husayn Uthman, Abd al-Mun’am Ibrâhîm al-Jamî’î, al-I’iti’âdât ‘ala Haramayn Sharîfayn ‘Ibir at-Târîkh, pp 23-24; Ibn Athîr, al-Kâmil fi at-Târîkh, vol I, pp242-245
  28. Sa’d ibn Husayn Uthman, Abd al-Mun’am Ibrâhîm al-Jamî’î, al-I’iti’âdât ‘ala Haramayn Sharîfayn ‘Ibir at-Târîkh, pp 18-19; Ibn Athîr, al-Kâmil fi at-Târîkh, vol I, p 242
  29. al-Shaykh al-Mufîd, al-Irshâd,vol I, p 5
  30. Hâfiz Nayshabûrî, vol III, p 593, al-Masu’dî, Muruj al-Dhahab wa al-Ma’âdîn al-Jawhar, vol III, p 358
  31. Tabarî, Târîkh at-Tabarî, vol II, p 290, Ibn Kathîr; al-Bidâya wa an-Nihâya,vol III, p. 478; Ibn Jawzî, al-Muntazim fi at-Târîkh al-Muluk wa al-Umam, vol II, pp 324-325; Mas’ûdî, Murawwij al-Zahab wa Ma’âdîn al-Jawhar, vol II, pp 278-279
  32. Ibn Kathîr, al-Bidâya wa an-Nîhâya,vol XI, p 634, Sa’d ibn Hussayn Uthmân wa abd al-Mun’am Ibrâhîm, al-Jamî’î, al-’Itidâ’ât al-Hâramayn ash-Sharîfayn,‘abar at-Târîkh, pp 34-35
  33. Daftarî Farhâd, Târîkh wa A’qâyid-i Ismâ’îlîyya, pp 190-192