Sanctuaire de l’Imam Ali b. Mûsâ ar-Ridâ (a)

Sanctuaire de l'Imam Ali b. Mûsâ ar-Ridâ


Le Sanctuaire de l’Imam Ali b. Mûsâ ar-Ridâ (a) est situé à Mechhed en Iran et il comprend la zone couvrant le lieu de sépulture de l’Imam ar-Ridâ (a) et les monuments qui entourent la tombe.

Ces monuments forment un complexe englobant le mausolée (Haram), le dôme, les minarets (Goldasteh) les cours intérieures (Sahn), les porches (iwan), les portiques (Riwâq) et les Bast (espace extérieure des Sahn).


Sommaire

Mausolée

Imam ar-Ridâ (a) fut enterré dans une région nommée à l’époque al-Buq’at al-Hârûnîyya. Cet endroit était Dâr al-Imâra (un lieu où les gouverneur gèrent les affaires du pays) ou le jardin de Humayd b. Qahtaba at-Tâ’i situé au village de Sanâbâd. Il était une base militaire sous forme d’une forteresse construite avant l’islam, au carrefour de différentes villes pour assurer la sécurité des routes.

Harun al-Rachid fut enterré dans cet endroit en 193 H et Dâr al-Imâra devint connu sous le nom d'al-Buq’at al-Hârûnîyya.[1]

En 203 H, sur demande d’al-Mamun (fils de Harun al-Rachid, l’Imam ar-Ridâ (a) fut enterré dans cet endroit.[2]

Suite à l’enterrement de l’Imam (a), la tombe de Harun al-Rachid perdit son importance et cet endroit devint célèbre pour le sanctuaire de Imam ar-Ridâ (a).

Caractéristiques

Un monument rectangulaire, quasiment carré dont la longueur et la largeur sont respectivement de 10.90 m et 10.40 m. Quatre Suffa ( porche voûté) se trouvent aux quatre côtés de mausolée pour y entrer et sortir. La longueur d’ouverture de chaque Suffa est de trois mètres et quatre Suffa plus petits se trouvent dessus.

Les plinthes sont en marbre avec 20 cm de hauteur et au-dessus, les murs sont recouverts de carrelage à motifs arabesques ou aux versets coraniques. La hauteur de ce revêtement en carrelage mesure 92 cm.

Il y a deux inscriptions lapidaires en haut, sur les murs et au-dessus du carrelage; quelques versets de la sourate al-Fat’h sont écrits sur celle de plus grande et sur l’autre, on voit un poème de Dabîr al-Mulk Farâhânî écrits en calligraphie.

La hauteur du mausolée, du sol au plafond mesure 19 m. Il y a une inscription attachée aux murs sous la coupole, avec la largeur de 80 cm, sur laquelle la sourate al-Jumu'a est écrite.

Mihrabs de Mausolée

Il y a trois mihrabs (une niche qui indique la qibla) dans le mausolée:

  • Dans le mur sud-est avec la largeur de 1.75 m et la hauteur de 2.40 m.
  • Dans le mur sud-est avec la largeur de 2.15 et la hauteur de 2.60 m.
  • Dans un endroit où se trouve au-dessus de la tête de l’Imam (a), au-dessous de l’arc et de Suffa (porche). Il mesure 1.25 m de large et 1.90 m de haut.

Location des Suffas :

  • Suffa nord est située derrière la tête de l’Imam (a).
  • Suffa sud est située en face de la tête de l’Imam (a).
  • Suffa est est située au-dessous des pieds de l’Imam (a).
  • Suffa ouest est située au-dessus de la tête de l’Imam (a).

A l’époque de ’Adud al-Mulk, une porte dorée fut installée entre Suffa sud et le mausolée mais en 1353 HS une nouvelle porte fut installée à sa place. Sur la porte de Suffa est, il y a des ornements en relief.

Darîh (la châsse)

Historique

La plus ancienne source dans laquelle le Darîh (la châsse,une grille finement ouvragée autour le tombeau)) de l’Imam ar-Ridâ (a) fut mentionné, remonte à l’époque des Khwârezm Shahs. Au cours des époques suivantes, Ibn Batouta parle d’un Darîh (une châsse) en bois dont la surface est couverte d’argent.[3]

A l'époque de Shah Tahmasp Ier, des plaques d’or furent martelées sur cette boîte. Elles furent ornées des versets coraniques écrits par Ali Ridâ ‘Abbâsî, le célèbre calligraphe de l’époque Safavides. Cette boîte devint célèbre sous le nom de la boîte abbasside (Sandûq-i abbâsî). En 1311 HS, elle fut enlevée à cause de l’épuisement et les plaques d’or furent délivrées au musée du Sanctuaire.

Situation actuelle

Le mausolée actuel a deux Darîh (châsse):

  • Darîh intérieur- qui se trouve sur la tombe dans la cave- est fait d’acier et orné des pierres précieuses. Il fut fabriqué à l’époque des Afsharides. En 1160 H/ 1747 C, le Roi Shâhrukh le donna au Sanctuaire en tant qu'al-Waqf (une donation faite à perpétuité par un particulier à une œuvre d'utilité publique, pieuse ou charitable, ou à un ou plusieurs individus).

Dôme

Dôme doré du Sanctuaire

Le dôme dispose de deux revêtements. Le premier est visible de l’intérieur et orné par les muqarnas (en architecture islamique, il s’agit des éléments décoratifs en forme de nids d'abeilles et réalisés en stuc peint, en bois, en pierre ou en brique).

Le deuxième revêtement est fait sur le premier et de l’extérieur est recouvert de briques d’or et exposé au public. Ce dôme fut doré pour la première fois par Shah Tahmasp Ier et Shah Abbas l’a rénové. La hauteur de mausolée, du sol au plafond mesure 18.8 m et jusqu’à la pointe de dôme est de 31.20 m. Le périmètre extérieur de dôme est de 42/1 m.

La surface extérieure de dôme est recouverte de blocs de cuivre doré, ornés par les beaux motifs islamiques.

Minarets

Le Sanctuaire dispose de deux minarets. L’un est construit sur l’iwan d’or de Nâdirî, situé près du dôme, au côté sud de Sahn-i Inqilâb (‘Atîq) (en architecture islamique Sahn est une vaste cour intérieure) et l’autre, est construit sur l’Iwan ‘Abbâsî (Iywân-i‘Abbâsî) et situé au côté sud de Sahn-i Inqilâb.

Le minaret situé près de dôme, fut construit sous l’ordre de Sûrî b. Mu’tazz, le gouverneur de Nichapour à l’époque de Mas'ûd de Ghazni. Il fut rénové et doré par Shah Tahmasp Ier et par Nader Shah.

Sa hauteur, du sol jusqu’à la pointe mesure 40. 50 m et le périmètre extérieur est de 13 m. L’autre minaret est de même hauteur et il fut également doré par Nader Shah.

Sahn (vaste cour intérieure)

L’ensemble du complexe du Sanctuaire comporte cinq Sahn :

  1. Sahn-i Inqilâb (‘Atîq)
  2. Sahn-i Âzâdî (Jadîd)
  3. Sanh-i Imam Khomeini (Mûzi)
  4. Sahn-i Jumhûrî-yi Islâmî
  5. Sahn-i Quds

Sahn-i Inqilâb (‘Atîq)

Situé au nord du Sanctuaire, sa longueur mesure 104.38 m et sa largeur 64.52 m. Autour de ce Sahn, il y a quelques chambres (Hujra) en deux étages. Quatre iwans, aux quatre côtés de Sahn, séparent des chambres :

1. Iwan sud ou Iywân-i Talâ fut construit par Amir ‘Ali Shîr en IXème siècle de l’Hégire (XVème C). Il est connu sous le nom de Nâdirî car la surface extérieure fut dorée par Nader Shah Afshâr. Sa longueur mesure 14.70 m, sa largeur 7. 80 m et sa hauteur 4. 21 m.

Les plinthes sont en marbre multicouleur avec deux mètres de hauteur et sur lesquelles quelques hadiths-à propos de la récompense de ziyarah (la visite) de l’Imam ar-Ridâ (a) sont écrits en calligraphie persane (nasta’liq).

L’espace entre des plinthes et le plafond, fut ornée par des blocs en or. Dans ce porche, il y a quatre portes dorées. La porte du côté est s’ouvre sur Tawhîd Khâna et celui du côté ouest s’ouvre sur le grand Kafshdârî (l’endroit disposé à ranger les chaussures des pèlerins dans les étagères). La troisième porte est situé dans la direction sud-ouest du porche et il s’ouvre vers le couloir de Saqqâ Khâna (endroit disposé à distribuer de l’eau entre les pèlerins).

La quatrième porte, relie le côté sud-est à un endroit appelé Qurân Khâna (cet endroit fut auparavant consacré à réciter le Coran).

Une arche se trouve sur le côté sud d’iwan qui se ressemble à un mihrab. Elle est ornée par des blocs dorés sur lesquels des poèmes sont écrits en calligraphie.


2. Iywân-i Shumâlî (le porche nord) ou Iywân-i ‘Abbâsî: La longueur de cet iwan mesure 14.80 m, la largeur 8.20 m et la hauteur 22.50 m. Cet iwan fut construit par Shah Abbâs Ier et fut restauré par Shah ‘Abbas IIème. Le sol est revêtu de pierre et sa plinthe est de pierre foncée. Les murs sont ornés de carrelage. En arrière, vers le nord, il y a un grand Suffa (porche) à la forme de Mihrab, orné de carrelage. Les chambres du haut de cet iwan sont également revêtues de carrelage.

Tout autour des murs, il y a des Bismillah (phrase désignant au nom d’Allah Clément et miséricordieux) et des Salawât (phrase exprimant la salutation au prophète Muhammad (s) et à sa famille), écrits en calligraphie en l’an 1059 H.


3. Iywân-i Gharbî (porche ouest) : Ceci et l’Iywân-i Sharqî (porche est) furent construits par Shah Abbas Ier. La longueur et la largeur mesurent respectivement 24.10 et 6.9 m. Il fut restauré à l’époque de Shah Abbas IIème et au cours du règne de Naser al-Din Chah. Le sol est recouvert de pierre et sa plinthe est de pierre de couleur foncée.

Les murs, de la plinthe au plafond, sont orné de carrelage. Une inscription lapidaire s’est attachée sur les murs; il comprend quelques hadiths et Ayat al-Kursî (verset 255 de la sourate al-Baqara) en calligraphie faite par Ali Rida ‘Abbasî, le célèbre calligraphe de l’époque safavide.


4. Iywân-i Sharqî ( porche est): Naqqâra Khâna (l’endroit où Naqqara, une sorte de tambour, se joue à l’occasion des fêtes ou des cérémonies religieuses) se trouve sur cet iwan. La longueur du porche mesure 18.20 m, sa largeur 7.80 m et sa hauteur 26 m. Le sol est revêtu de pierre et sa plinthe est également en pierre de couleur foncée.

Du sol au plafond est en carrelage. A l'intérieur du porche, au-dessus de l'entrée du sanctuaire, il y a un pavillon recouvert de carreaux mosaïques avec une inscription sur laquelle un hadith de l'Imam as-Sâdiq (a) est gravé. Autour de la façade extérieure de l’iwan, il y a une autre inscription contenant le verset de la lumière (le 35e verset de la sourate an-Nur et la sourate al-Muzzammil.

Sahn-i Âzâdî (Jadîd)

Cette vaste cour est située à l'est du Sanctuaire. La cour mesure 81.50 m de long et 51 m de large. Tout autour de la cour, il y a 56 pavillons (ghurfa) en bas et le même nombre en haut. Derrière la plupart de ces pavillons, de petites et grandes chambres (hujra) sont construites.

Selon les phrases gravées sur les inscriptions de la porte des porches, cette cour fut construite à l’époque de Fat’h-Ali Shah et les travaux de carrelage furent effectués pendant le règne de Muhammad Ali Shah Qadjar.

La plinthe mesure 1.44 mètres de hauteur et elle est en pierre de couleur foncée. De la plinthe au plafond, les murs sont ornés de carrelage multi couleur.

Au milieu de la cour, au lieu de Saqqâ Khâna démantelé auparavant, un grand bassin est construit. Aux quatre côtés, on peut voir quatre grands porches.


1. Le porche et la porte de Nâsirî ou Gharbî (ouest) : la longueur de ce porche est de 15.30, sa largeur 7.25 et sa hauteur est de 20. 10 m. Ce porche est relié à Dâr as-Sa’âda par la porte dorée, un petit couloir et une autre porte. De là, on arrive au mausolée. Le sol du porche est recouvert de marbre jusqu'à 2 mètres de haut. Il y a quatre pavillons (ghurfa) dans ce porche, dont les surfaces sont recouvertes par des blocs dorés.


2. Iywân-i Sharqî (Porche est): la longueur du porche est de 15.8, sa largeur 7.25 m et sa hauteur est de 20.10 m. Le sol du porche est recouvert de pierre de bonne qualité, et la plinthe est en marbre foncé. De la plinthe au plafond, les murs sont ornés de muqarnas (un des éléments décoratifs de l’architecture islamique) et décorés des carreaux.

Autour du porche, il y a des inscriptions sur lesquelles les sourates al-Qîyâma et al-’Asr sont écrites. En Haut, sur le front du porche, la date de la décoration de la cour et du porche est écrite: 1263 H / 1847 C) par Muhammad Shah Qadjar.


3. Iywân-i Junûbî (Porche sud) : la longueur du porche est de 18.30 m, sa largeur 7.30 m et sa hauteur est de 20 m. Auparavant, derrière ce porche, il y avait une cuisine. Mais on l’a démantelée et l’intégra à Sahn-i Imam Khomeini . Actuellement, cet iwan relie à Sahn-i Imam khomeini à travers Sahn-i Jadîd. Le sol du porche est recouvert de pierre de bonne qualité, et la plinthe est en marbre foncé. Les murs sont recouverts de carrelage.


4. Iywân-i Shumâlî (Porche nord) : la longueur du porche mesure 17.20 m, sa largeur 7.19 m et sa hauteur 20 m. Le sol du porche est recouvert de pierre de bonne qualité, et la plinthe est en marbre foncé. De la plinthe au plafond, les murs sont ornés de travail de Muqarnas (un des éléments décoratifs de l’architecture islamique) et décoré des carreaux.

Dans la cours, autour du porche, il y a des inscriptions sur lesquelles les versets coraniques sont écrits en calligraphie. On peut voir également la date de décoration du porche fait à l’époque de Nasir al-Din Chah.

Sahn-i Imam Khomeini (Cour d’Imam Khomeini)

Au sud de Sahn-i Jadid et au sud-est du Sanctuaire, il y avait quelques magasins ruines et une école des sciences religieuses abandonnée nommée Sa’d ad-Dîn. En 1316 HS, ces bâtiments, ainsi que plusieurs autres maisons et bâtiments anciens furent achetés par Astan Quds Razavi (organisation administrative dirigeant le Sanctuaire de l'Imam ar-Ridâ (a)), démantelés et remplacés par une autre cour et des bâtiments tels que le musée et la bibliothèque.

Le projet de construire ce complexe de bâtiments et la cours dura huit ans et il fut inauguré en 1324 HS.

En 1353 HS, tous ces bâtiments (musées, trésorerie et bibliothèques) furent complètement démantelés et 1000 m2 fut ajouté à la cour et Sahn-i Imam Khomeini (musée) fut établi.

Cette vaste cour est totalement revêtue de pierre et milieu de laquelle, il y a une grande fontaine en marbre.

Une grande porte se trouve dans le côté nord de Sahn, au-dessus duquel, il y a de beaux muqarnas. A l’est, on peut voir les nouveaux bâtiments du musée, la bibliothèque et la trésorerie construites selon les bases de l'architecture islamique.

De l'ouest, cette cour donne sur la Mosquée Goharshad par une porte élégamment décorée. Tout au long des côtés nord et ouest de la cour est décorée en carrelage. Le côté sud, mène à une large avenue circulaire qui est entourée l’ensemble du complexe du Sanctuaire.


Sahn-i Jumhûrî Îslâmî (Cour de la République Islamique)

Le projet d’établir cette vaste cour intérieure commença en 1360 HS sur une superficie de 25.000 m2. Elle se trouve entre Bast-i Cheikh Tûsî (Bâlâ) et la Mosquée Goharshad.

Sanh-i Quds (Cour de Quds)

L’espace devant de Sahn-i Imam Khomeini et de la Mosquée Goharshad, constitue la cour de Quds.

Portiques (riwâq)

Dans l’ensemble du Sanctuaire, il y a 15 portiques :

1. Dâr al-Huffâz: Situé au sud du mausolée , il fut construit sous l’ordre de Goharshad. (une femme de la noblesse persane et l’épouse préférée de Shah Rukh, empereur de la dynastie timouride installé à Hérat)

La longueur du portique est de 18 m, sa largeur 8.65 m et Sa hauteur, jusqu’au plafond est de 12.8 m et au toit, est de 14.6 mètres.

Dâr al-Huffâz dispose de sept suffa (porche voûté) dont les portes de quatre donnent sur le mausolée, Riwâq Upak Mîrzâ, Dâr as-Sîyâda et le couloir de Mosquée de Goharshad. L’hauteur des plinthes est de 1.7 m et elles sont décorées de pierres sculptées. Sur les murs, quelques poèmes de Qâânî (poète célèbre de l’époque de Qadjar) sont inscrits.


2. Dâr as-Sîyâda : Situé à l'ouest de la Mosquée Bâlâsar (situé au-dessus de la tête de l’Imam (a)), il est l'un des monuments construits par Goharshad et l'un des plus grands portiques du Sanctuaire.

Sa longueur est de 31.86 m et sa largeur est composée de 3 parties différentes : La partie centrale est de 19 m et celle des côtés est et ouest, est chacun de 7.76 m. La hauteur du portique du sol à l'arche est de 20.87 m.

Ce portique dispose de plusieurs portes qui donnent sur Iywân-i Shumâlî (porche nord) de la mosquée Goharshad, le couloir connu sous le nom de Saqqâkhâna et de là, au Iywân-i Talâ-î Nâdirî (porche doré de Nadirî) et Dâr al-Huffâz.

Au début de l’époque Safavides, Dâr as-Sîyâda et le dôme du Sanctuaire furent endommagés au cours d’un tremblement de terre. Ils furent restaurés plus tard sous l’ordre de Shah Tahmâsp Ier.

Au-dessus de la porte située entre Dâr al-Huffâz et Dâr as-Sîyâda, quelques poèmes sont écrits en calligraphie persane, indiquant les informations sur la restauration de Rîwâq. La plinthe est en carrelage et elle mesure 1.80 m de haut.


3. Dâr as-Sa'âda: Ce monument est situé à l'est des portiques d'Astân Quds (Ensemble de Sanctuaire c’est à dire le mausolée, les cours, les bâtiments et etc.), entre le porche doré (Iywân-i Talâ) de Sahn-i Âzâdî (Jadîd) et le portique de Hâtam Khânî.

La longueur du portique est de 14.90 m, sa largeur 13.80 m et sa hauteur 14.80 m. Ce portique est l’un des ouvrages d’architecture construit sous l’ordre d’Allâhyârkhân Âsif ad-Dawla Qadjar (un des nobles de Qadjar) et décoré de travail de miroir par Ali Asgharkhân Atâbak.


4. Dâr az-Zîyâfa: Situé entre Sanh-i Âzâdî (Jadîd) et le portique (Riwâq) d’Allahverdî Khân, il a 15.5 m de longueur, 9.25 m de largeur et 15.5 m de hauteur. Le sol de ce portique est en marbre et sa plinthe en prière avec les décorations en relief. Au-dessus de la plinthe, il y a une inscription sur laquelle la sourate al-Insân et Âyat al-Kursî (verset 255 de la sourate al-Baqara) sont écrites. Au-dessus de l’inscription, les murs sont décorés de travail de miroir.


5. Dâr az-Zikr: Cet endroit était autrefois une école des sciences religieuses nommée Ali Naqî Mîrzâ; en 1342-1344 HS, elle est rénovée et restaurée à la forme d’un portique et porta ensuite le nom de Dâr az-Zikr. Sa longueur est de 15.72, sa largeur 12.19 m et sa hauteur 9 m.

Le sol est revêtue en marbre de couleur verte et sa plinthe avec 1.5 m de haut est en marbre blanc. Les murs sont décorés de travail de mosaïque. Des décorations en relief en plâtre et de muqarnas ornent le plafond du portique.


6. Dâr as-Surûr : situé au sud de Dâr as-Sa'âdah et au nord de Dâr az-Zikr, il fut autrefois la cuisine et plus tard le bureau des affaires internes d’Astan Quds. En 1334-1338 HS, il fut transformé en un grand portique et prit le nom de Dâr as-Surûr. La longueur du portique est de 24.80, sa largeur est de 4.82 et sa hauteur est de 4.75 m. Le sol et la plinthe sont en marbre. Les murs sont ornés par le travail de miroir et de muqarnas.


7. Dâr al-'izz: Ce portique était autrefois la chambre des serviteurs d'Astan Quds. En 1344 HS et après certaines réparations et décoration, il fut transformé en portique. Sa longueur est de 11.6 m, sa largeur est de 3.12 m et sa hauteur est de 4.35 m. Sa plinthe est en marbre avec de hauteur 1.48 m. De la plinthe au plafond est orné de carrelage et le plafond est recouvert de travail de miroir. Du nord, ce portique relie à Dâr as-Surûr, de l’est à Dâr az-Zikr et de l’ouest à Dâr as-Salâm.


8.Dâr as-Salâm : Il est l’un des monuments construits par Goharshâd nommé Tahwîl Khâna. Le bâtiment était utilisé autrefois comme l’entrepôt du tapis et le lieu de repos pour les serviteurs. Après être rénové, décoré et intégré à un autre portique, il prit le nom de Dâr as-Salâm.

En 1346 HS et suite à un projet d’expansion, ce portique agrandit. Actuellement, il mesure 20 m de long, 10 m de large est 9.50 m de hauteur. Il dispose de trois portes qui donnent sur le Shabistân (une partie couverte des grandes mosquées) de Mosquée de Goharshad et les deux autres portiques du Sanctuaire.


9. Dâr ash-Shukr : Ce bâtiment était auparavant Coran khâna (un endroit consacré à réciter le Coran) et l'ancienne bibliothèque d' Âstân Quds. Puis, en l’intégrant dans deux couloirs, il devint un portique. Il a la forme d’un carré dont la longueur de chaque côté est de 6.50 m et sa hauteur 9.50 m. Le sol et la plinthe sont en marbre et les murs sont ornés de carrelage.


10. Dâr al-Fayd: Il s'agit d'un bâtiment composé de la Mosquée Riyâd et de Suffa Shah Tahmasp. En 1347 HS, après un projet de rénovation et de la restauration, il prit le nom de Dâr al-Fayd. La longueur de ce portique est de 15.85 m, sa largeur 5.90 m et sa hauteur est de 9.50 m.

Le sol ainsi que la plinthe sont en marbre. Au-dessus de la plinthe, se trouve une inscription en marbre d'une largeur de 33 cm sur laquelle des poèmes de Qâânî sont écrits en calligraphie persan. Le plafond est orné de travail de Muqarnas et les murs sont décorés par les carreaux mosaïques.


11. Tawhîd khâna : Situé au nord du Sanctuaire, entre l’endroit de derrière la tête de l’Imam et Sahn-i Inqilâb (‘Atîq). Sa longueur est de 8.60, sa largeur est de 7.35 et sa hauteur est de 15 mètres. Le sol du portique et sa plinthe sont en marbre. La hauteur de la plinthe est de 1.60 m et au-dessus, se trouve une inscription d’une largeur de 50 cm sur laquelle les noms de 12 Imams des chiites (a) sont écrits en calligraphie.

Les murs, du dessus de l'inscription au plafond sont ornés de travail de miroir. Ce portique dispose de deux portes : A l’est, il y a une porte qui s’ouvre sur le Riwâq Allahverdî Khân et une autre porte à l’ouest qui s’ouvre vers Iywân-i Talâ de Sahn-i Âzâdî (Jadîd).


12. Riwâq Hâtam Khânî : Il est construit par un émir safavide nommé Hâtam Bayg Urdûbâdî en 1010 H (1601 C). Ce portique est situé à l'est du Sanctuaire et relié au mausolée par la porte de l’endroit qui est au-dessous des pieds de l’Imam (a). De l’est, ce monument relie à Dâr as-Sa’âda par une grande Suffa. Au nord se trouve une suffa menant à Riwâq Allahverdî Khân.

Du sud, il relie à Kishîk Khâna (le lieu de repos pour les serviteurs). Sa longueur est de 13.50 m, sa largeur est de 7.30 m et sa hauteur est de 11.60 m. Le sol du portique est en marbre et sa plinthe mesure 1.50 m de haut et il est en pierre orné des motifs en relief. Au dessus, se trouve une inscription sur laquelle un poème est gravé. L’espace entre l’inscription et le plafond est recouvert de carreaux mosaïques. En 1346 HS, une autre porte est construite sur le côté sud qui donne sur Dâr as-Sa’âda.


13. Portique ou dôme Allahverdî Khân: Ce portique octogonal construit par Allahverdî, un des émirs des safavides et il est situé à l'est de Tawhîd khâna et au nord-est du Dôme Hâtam Khânî. Sa hauteur, du sol au coupole, est de 16.19 m.

Le sol et la plinthe sont en marbre et ce dernier a 1.90 m de haut. Les murs sont ornés de carreaux mosaïques. Sur tous les côtés de ce portique, il y a 8 Suffa (porche voûté), et au-dessus de chacun il y a une autre Suffa plus petit. Les Suffa de bas étage relient à Tawhid Khâna, à Sahn-i Inqilâb, à Riwâq-i Hâtam Khânî et à Dâr as-Sa’âda.


14. Dâr al-Wilâya : Ce portique d'une superficie de 2305 m2 fut construit en 1367 HS. De l’ouest, il relie à Sahn Jumhûrî Islâmî et de l’est, il mène au mausolée par d’autres portiques.


15. Mosquée Bâlâ Sar-i Mubârak (au-dessus de la tête de l’Imam (a)) : Cette mosquée est reliée au mausolée et située entre ce dernier et Dâr as-Sa’âda. Il fut construit par 'Abd ul-Husayn Iraqi (mort en 429 H/ 1038 C), un haut-fonctionnaire à l’époque des Ghaznavides.

Le sol et la plinthe de la mosquée sont en marbre. Au dessus de la plinthe est décoré de carreaux mosaïques hexagonales et octogonales. Les murs et le plafond de la mosquée furent décorés de travail de miroir à l'époque de Nasir al-Din Chah mais en 1344 HS, on les décora de carreaux de mosaïque. Tout autour des murs, une inscription est attachée sur laquelle les versets coraniques sont écrits.

Bast

Les Bast sont des bâtiments à l’extérieur des Sahns (vaste cour intérieure) considérés en tant que le début de la zone spéciale de Sanctuaire. Ce bâtiment fut autrefois très simple, fait de brique avec trois portes.

Dans le passé, ces Basts se considéraient en tant qu’un endroit important pour certains rituels religieux et exprimer les revendication sociales ou politique. Les malades y priaient dans l’espoir de guérir et retrouver leur santé. Les oppressés y prenaient d'asile contre l'oppression des tyrans.

Les pèlerins apportaient des chaînes et les accrochaient à Bast; cet acte désignait l’arrivée au Sanctuaire en tant qu’un lieu de refuge. En ce moment, trois Bast se trouvent aux portes nord, ouest et est de Sahni Inqilâb.

  • Bast-i Cheikh Tûsî (Bâlâ (haut)) : Une partie de Rue Shîrâzî , jusqu’au Porche ouest de Sahn-i Inqilâb, est nommé Bast-i Cheikh Tûsî. À l'époque d'Ahmad Shah Qadjar, au lieu du mur en brique, situé à l’ouest de Bast, un bâtiment plus grand fut fabriqué par Sayyid Jawâd Zahîr al-Islam (mort en 1344 HS). En 1341 HS, ce bâtiment fut démantelé et un autre monument plus grand construit à sa place.
La longueur de ce dernier était de 30 m et sa largeur était de 1.25 m et sa hauteur était de 8.70 m ; il disposait de 5 portes. Au cours du projet de la rénovation du mausolée et l’expansion de ses alentours en 1353 HS, ce bâtiment fut d’abord changé et rénové et puis démantelé.
Après la Révolution Islamique en Iran, ce Bast fut reconstruit avec une nouvelle structure, nommé encore Bast-i Cheikh Tûsî.
  • Bast-i Cheikh Hurr ‘Âmilî (Pâyîn (Bas)): Une partie de Rue Nawwâb Safawî (Pâyîn Khîyâbân (la Rue de Pâyîn)), de la place jusqu’aux portes du Porche est du Sahn-i Inqilâb (‘Atîq) est nommé Bast-i Cheikh Hurr ‘Âmilî. Sur le côté est de ce Bast, il y avait un monument qui fut démantelé et en 1342-1344 HS un nouveau bâtiment fut construit à sa place. Le bâtiment fut rénové et changé en 1353 HS, mais plus tard, il fut démantelé. Après la Révolution fut reconstruit en même temps que Bast-i Cheikh Tûsî.
  • Bast-i Cheikh Bahâyî (Qibla): Il est situé vers Sahn-i Jumhûrî Îslâmi (République Islamique). Puisque ce Bast sera situé vers la qibla, il est nommé Bast-i Qibla.

Démolition et Reconstruction

L'attentat de 1994 C

Le 20 juin 1994 C, le dixième jour de Muharram 1315 H, un attentat à la bombe dans le mausolée de l'Imam ar-Ridâ (a) eut lieu et 26 pèlerins furent martyrisés et 290 personnes blessés.[4]

Voir Aussi

Références

  1. Ja’farîân, Rasûl, Atlas-i Shî’a, p.93, Téhéran, Edition Sâzmâni Jughrâfîyâyi Nîrûhâwâyî Musallah, 1687 HS
  2. Al- Mufîd, Muhammad b. Muhammad B. Nu’mân, Al-Irshâd fi Ma’rifat Hujaj Allah ‘alâ al’îbâd, p. 464, Qom, Saîd b. Jubayr, 1428 H.
  3. Ibn Batouta, Mohammad b. Abd Allah, Safar Nâma (récit de voyage), traduit par Muhammad Ali Muwahhid, vol. I, p.441, Téhéran, Édition ‘Ilmî wa Farhangî (Organisation scientifique et culturelle), 1361 HS.
  4. Bâghî, 'Imâd ad-Dîn, Tirâjedî-yi Demukrâsî dar Iran, p.112, 1379 HS, Nashri Ney

Bibliographie

  • Astan Quds Razavi, Dîrûz imrûz Fardâ, Téhéran, Sahâb, 1356 HS, p. 28, 29, 32, 33, 38, 150, 151.
  • Astan Quds Razavi, Inqilâbi Islâmî wa Astan Quds Razavi (La Révolution Islamique et Astan Quds Razavi, Téhéran, 1364 HS, p. 39., 45, 48, 50, 54-59, 65, 229, 242, 243.
  • Ibn Athir, ‘Izz ad-Dîn, al-Kâmil, Beyrouth, Dâr Sâdir, 1402 H /
  • Ibn Batouta, Mohammad b. Abd Allah, Safar Nâma (récit de voyage) traduit par Muhammad Ali Muwahhid, Téhéran, Édition ‘Ilmî wa Farhangî (Organisation scientifique et culturelle), 1361 HS.
  • Ibn Hawqal, Abu al-Qâsim Muhammad, Sûra al-Arz, traduit en persan par Ja’far Shi’âr, Téhéran, Edition Bunyâdi Farhangi Iran (Fondation culturelle iranienne), 1345 HS, p.169.
  • Ibn Khallakân, Ahmad b. Muhammad, Wafayât al-A’yân, Beyrouth, Dâr sâdir, 1970 C.
  • Ibn al-Tiqtaqî, Muhammad b. Ali, Târîkhi Fakhrî, traduit en persan par Gulpâygânî, Mohammad Wahîd, Téhéran, Edition Bungâhi Tarjuma wa Nashri Kitâb, 1360 HS, p. 301.
  • Abu al-Fidâ’, Ismail, Taqwîm al-Buldân, Paris, 1840 C, p 150.
  • Adib Hirawî, Muhammad Hassan, Hadîqa ar-Radawîyya, Mechhed, 1326 HS, pp. 170-232.
  • Irbilî, Abu al-Hassan Ali, Kashf al-Ghumma, Beyrouth, Edition Dâr al-Kutub al-Islâmî, 1401 H, p 71.
  • Astarâbâdî, Mirza Mahdi Khan, Jahângushâyi Nâdirî, Edité par Anwâr Abdollah, Téhéran, Edition Anjumani Âsârî Millî (Association du patrimoine national), 1341 HS, p. 360.
  • Iskandar Bayg Turkamân, ‘Âlam Ârâyi ‘Abbâsî, Téhéran, Edition Amir Kabir, 1350 HS, p. 2/827, 854, 871.
  • Istakhrî, Abu Is’hâq Ibrahim, Masâlik wa Mamâlik, par Iraj Afshâr, Téhéran, Edition Bungâhi Tarjuma wa Nashr, 1347 HS, p. 250
  • I’tidâd pûr, Ali, Abnîyya Âstâni Quds, Nâmihyi Astan Quds, v. VI, n 2 et 3 (1344 p), p. 225.
  • I’timâd as-Saltana, Muhammad Hassan Khan, Matla’ ash-Shams, Téhéran, 1301H,
  • Barthold, Géographie historique de l'Iran, traduit par Hamza Sardâdwar, Téhéran, Edition Tûs, 1358 HS, p. 133
  • Bayhaqî, Târîkhî Bayhaqî, édité par Qâsim Qanî et Ali Akbar Fayyâz, Téhéran, Edition Dunyâyi Kitâb, 1363 HS, p. 413.
  • Pope, Arthur Upham, le sanctuaire de l'Imam ar-Ridâ (a) à Machhad, traduit en persan par Muhammad Ali Sabûrî. Magazine Nâmayi Astan Quds, V. viii, n 1, 1347 HS
  • Ja’farîân, Rasûl, Atlasi Shî’a, Téhéran, Edition Sâzmâni Jughrâfîyâyi Nîrûhâwâyî Musallah, 1687 HS
  • Khurâsânî, Muhammad Hâshim, Muntakhab at-Tawârîkh, Téhéran, Edition ‘Ilmî, 1352 HS.
  • Khawândmîr, Ghîyâs ad-Dîn, Habib as-Sayr, Téhéran, Edition Khayyâm, 1362 HS, p. 2/82, 4/139, 319, 333, 508;
  • Khwânsârî, Muhammad Bâqir, Rawzat al-Jannât, Beyrouth, 2011 C, 6/273.
  • Ridwân Muhammad Hasan, Sakhtimâni Jadîdi Bast’hâyi Astan Quds Razawi, Nâmayi Astan Quds, v. vi, n 17, 1343 HS, p. 52, 53.
  • Sa’îdî Gholâm Ridâ, Tahqîqâti Târîkhîyi Khorasan (recherches historiques sur Khorasan, Nâmihyi Astan Quds, Volume vi, n 17, 1343 HS, p. 52, 53.
  • Shûshtarî Qâzî Noorollah, Majâlis al-Mu'minîn, Téhéran, Edition Islâmîyya, 1375 H, p 115.
  • Tabarsî, Fadl ibn Hasan, I’lâm al-Warâ, Beyrouth, Edition Dâr al-Ma’rifa, 1399 H, page 303.
  • Qazwînî, Zakaria bin Muhammad, Âthâr al-Bilâd, Beyrouth, Edition Dâr sadir, pp. 392-401.
  • Karbalâ'î Tabrîzî, Hafiz Husayn, Rawdât al-Jinân, Edité par Ja’far Sultân Qarâî, Téhéran, Edition Bungâhi Tarjuma wa Nashri Kitâb, 1344 HS.
  • Marwî, Muhammad Kazîm, 'Âlam Ârâyi Nadirî, Muhammad Amin Rîâhî, Téhéran, Edition Zawwâr, 1364 HS, p. 201.
  • Mwstufî, Hamdullâh, Nizhat al-Qulûb, par Guy Lestrange, Téhéran, Edition Duyâyi Kitâb, 1362, p.151.
  • Mas’udî, Ali ibn Husayn, Murûj al-Dhahab, Beyrouth, Edition Dâr al-Indalus.
  • Al- Mufîd, Muhammad b. Muhammad B. Nu’mân, Al-Irshâd fi Ma’rifat Hujaj Allah ‘alâ al’îbâd, Qom, Saîd b. Jubayr, 1428 H.
  • Muqaddasî, Muhammad b. Ahmad, Ahsan at-Taqâsim, traduit par Ali Naghi Munzawî, Téhéran, Edition Shirkat-i Mu’allifân wa Mutarjimân-i Iran, 1361 HS
  • Muqaddasî Mutahhar b. Tâhir, al-Bad’ wa at-Târîkh, Paris, 1916 C.
  • Mu’taman Ali, Râhnimâ yâ Târîkhi 'Astan Quds Razavi, Téhéran, Edition Astan Quds, 1348. HS
  • Mawlawî, Abd al-Majîd, Nazarî bih Harami Pâki Imâm, Magazine Nâmahyi Astan Quds, v. VI, n. 20, 1344 HS, p. 113.
  • Mirkhawnd Muhammad b. Khawand Shah, Rawdat as-Safâ, Edition Khayyam, Téhéran,1339 H. p. 5/498, 8/312.
  • Nasir al-Din Chah Qadjar, Safarnâmihyi Khorasan, Récit de Voyage au Khorasan, Muhammad Hasan Khân ‘Itimâd as-Saltana, Téhéran, 1306 H, pp.140-141
  • Yâqût al-Hamawî, Abu Abdullah, Mu'jam al-Buldân, Leipzig, 1866-1870, pp. 153-156.
  • Ya’qûbî, Ibn Wâdih, al-Buldân, Traduit par Muhammad Ibrahim Âyatî, Téhéran, Edition Bungâhi Tarjuma wa Nashri Kitâb, 1347 HS, p 53.